Jeune diplômé designer, quoi faire après l’école? Comment trouver du travail sans expérience? Au secours !

Jeune diplômé designer, quoi faire après l’école? Comment trouver du travail sans expérience? Au secours !

Vous avez obtenu votre diplôme de designer (BTS, Licence, Master, DN MADE, Bachelor...) et vous vous posez des questions sur la suite des événéments? Voici quelques modestes conseils à méditer pour trouver cette première impulsion cruciale pour votre projet professionnel.

Le diplôme, et après?

 

Si vous faites partie de ceux qui n'ont pas été embauchés après leurs stages en entreprise ou ceux qui n'ont trouvé aucune offre d'emploi pour jeune diplômé en design, sachez que vous êtes actuellement en train d'expérimenter la vie professionnelle dans toute sa splendeur. Non, la vie n'est pas un conte de fée avec des offres d'emploi en pagaille à la recherche de la perle rare que vous êtes. La réalité, c'est bien que le marché du travail a beaucoup évolué depuis la révolution numérique des années 2000.

Si quelques rares chanceux d'entres vous peuvent encore compter sur une embauche par la voie traditionnelle (l'offre d'emploi ou plus couramment l'embauche après stage), la majorité doit se confronter à une réalité : trouver du travail ce n'est si facile que ça, et tous les moyens sont bons pour en trouver ! Alors, j'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise... On commence par laquelle? Allez, la bonne nouvelle !

La bonne nouvelle : les offres d'emploi dans les activités du design sont plus nombreuses qu'avant. Il est loin (pas tant que ça en fait) le temps ou Pôle Emploi répertoriait les demandeurs d'emploi designer dans la catégorie "Autres". C'est quand même un point positif parce que cela donne plus de visibilité aux activités du design et mine de rien, cela vous donne la possibilité de postuler à des offres et d'effectuer une vraie veille de recherche d'emploi.

La mauvaise nouvelle : vous êtes loin d'être le seul ou la seule à chercher un emploi dans le domaine. Les écoles de design (publics et privées) ont fleuris comme des pissenlits au printemps, cela rend le marché très concurrentiel et donc les pratiques d'embauche douteuses et autres anarques plus courantes.

Pour ne rien vous cacher, en arrivant sur le marché du travail fraîchement diplômé avec des compétences et des pratiques du design récentes, avec cette soif de prouver au monde que vous y avez votre place, vous êtes une proie facile pour les entrepreneurs de bas étage et les entreprises aux milles "stagiaires-salariés". Bienvenue dans le monde impitoyable des affaires! Mais ne vous inquiétez pas, j'ai des conseils pour vous car je trouve malhonnête ce genre de pratique faites uniquement pour exploiter les jeunes pour gagner en rentabilité. L'absence de stabilité et de rémunération adéquate vous maintiennent dans la précarité et cela peut s'avérer très traumatisant quand on a encore des rêves à réaliser.

Sans expérience...vraiment?

 

Vous voyez une offre qui se présente à vous mais 3 à 5 ans d'expérience professionnelle sont demandées. Qu'est-ce que cela signifie? Pourquoi ne pas prendre un jeune diplômé?

Une entreprise qui publie une offre d'emploi recherche toujours un profil particulier qui correspond à une fiche de poste. Ce poste demande au salarié d'effectuer des tâches particulières et surtout les compétences pour pouvoir les réaliser. Lorsque l'employeur précise 3 à 5 ans d'expérience professionnelle, cela signifie qu'il recherche quelqu'un d'opérationnel tout de suite et d autonome dans l'exécution et la prise de décision. En gros, l'employeur ne compte pas vous former au poste qu'il publie, vous aurez à vous intégrer rapidement et à percuter tout aussi vite comment fonctionne l'entreprise. En fait, c'est avant tout un profil que recherche l'employeur. Tout ce que vous avez à faire, cest de lui démontrer que vous correspondez au profil qu'il recherche. Sachez également qu'une offre d'emploi est une forme de bouteille à la mer lancée par l'employeur. Il formule son salarié idéal tout en sachant pertinemment qu'il a très peu de chance de trouver exactement ce qu'il recherche. En fait, il recherche quelqu'un qui s'en rapproche le plus.

Apprenez à mettre en avant vos qualités. Sachez que même fraîchement sorti de l'école, vous n'êtes pas sans expérience. Vous avez réalisé des stages, vous avez suivi des conférences, conçu des projets que vous avez défendu, passez un diplôme à travers une multitude d'examens écrits et oraux. L'expérience, c'est avant tout une vision professionnelle qui s'est forgée avec le temps. Si effectivement vous n'avez pas encore vécu le métier, vous en avez déjà une vision que vous souhaiter expérimenter.

Les 3C du succès à l'embauche : Confiance, Compétent, Collectif.

Je veux : erreur fatale !

 

Jeune diplômé, oubliez vos exigences. Je veux toucher 2000 euros par mois, je veux travailler dans une grande entreprise, je veux un CDI etc. Il y a du travail mais pas celui que vous pensez. Vous n'êtes plus sur le banc de l'école, vous êtes désormais un chasseur d'opportunités ! Félicitations !

Si vous voulez trouver du travail, soyez ouvert à TOUTES les opportunités !

Attention, cela ne signifie pas que vous êtes prêt à accepter n'importe quoi pour travailler mais plutôt que vous êtes prêt à tout pour travailler. La nuance est importante. Etre prêt à tout, c'est être capable de quitter le cocon familial pour vivre sa propre expérience de vie, parfois sans filet ni parachute, c'est la vie. Etre prêt à tout, c'est vous donner les moyens d'accomplir vos rêves en faisant suivre les actes aux paroles. Etre prêt à tout, c'est faire preuve d'un véritable détermination pour arriver à vos fins et pas seulement rêver d'accomplir vos rêves.

La situation personnelle, le tendon d'achille

 

Etre prêt à tout, c'est accepter enfin de comprendre que votre situation actuelle doit changer et que cela peut faire mal. Souvent, c'est votre situation personnelle qui entrave vos ambitions professionnelles : vous vivez en couple et vous n'avez pas la mobilité d'un célibataire. Pire : vous vous attachez à une situation sentimentale qui ne vous permettra jamais de trouver le travail que vous souhaitez dans ces conditions : réveillez-vous !

Deux solutions s'offrent à vous :

Petit 1 : Faire une croix sur vos rêves de designer pour le moment et accepter un boulot qui vous ennuiera mais qui aura le mérite de ne pas briser votre couple ou votre petite famille. Vous devrez vous armer de patience dans l'espoir de voir une opportunité s'offrir à vous pendant votre veille du marché à durée indéterminée. Je vous préviens, c'est une denrée plutôt rare.

Petit 2 : Accepter de changer de vie pendant qu'il en est encore temps !

Comprenez bien que vous ne pourrez pas construire une vie de couple et à fortiori une famille avec la personne avec qui vous êtes actuellement si vous ne trouvez pas de travail. Malheureusement, la vie est faite aussi de décision difficile. Ne faites pas de concession excessive alors que vous avez toute la vie devant vous. Les priorités !

Si vous êtes capable de faire une croix sur le métier pour lequel vous avez été formé, vous avez tout mon respect. Pour ceux qui sont habités par le design jusqu'à la moelle, je suis navré de vous annoncer que vous êtes actuellement dans une relation toxique et qu'il faut que ça change. C'est dit, maintenant à vous de voir.

L'attitude du gagnant

 

Trouver du travail, c'est un sport. Il vous faut une hygiène de vie à toute épreuve :

  • Vous levez tôt la semaine. Vous reposer le week-end. Ayez déjà le rythme du travailleur.
  • Faites-vous un emploi du temps à respecter impérativement, un planning de vos activités à la semaine.
  • Sortez de chez vous tous les jours. Prenez des rendez-vous, appelez des entreprises, allez à des salons, faites du réseau, allez à des expos, des vernissages, déposez des cv, rencontrez des gens, toutes sortes de gens. A défaut, allez au moins prendre l'air ailleurs ! Faites du sport, allez courir ou marcher.
  • Soyez ouvert à toutes les opportunités mais connaissez tout de même vos limites : on ne travaille pas pour pas cher, sans contrat et encore moins gratuitement quelques soient les promesses ! Un professionnel ne reconnaît qu'un seul échange de bon procédé : travail contre salaire.
  • Écoutez votre coeur mais aussi votre raison : pesez le pour et le contre mais sachez que les conditions de travail priment sur tout le reste. Si vous acceptez de travailler dans des mauvaises conditions, vous allez en payer les frais psychologiquement et/ou physiquement. A l'inverse, ne rejetez pas une offre parce qu'il y a un point noir dans le tableau. Si le travail vous plaît et que les conditions ne sont pas trop dégeulasses, acceptez-le !
  • Ne donnez pas un euro pour travailler ! Des plateformes peuvent vous proposer des offres, des clients ou d'autres choses moyennant finances, oubliez tout de suite. Si vous voulez du travail, vous allez devoir le trouver vous-même.
  • Faites les choix qui vont dans le sens d'une évolution de votre projet. De Toulouse, on arrive pas à Paris en allant à Marseille, mais on peut aller à Paris en passant par Bordeaux. Ok?
  • Gardez le contact avec vos anciens collègues de formation, vos profs aussi. Ils constituent les premiers membres de votre nouveau réseau professionnel. Les opportunités viennent très souvent de l'intérieur, vous seriez surpris.
  • N'essayez pas de vous vendre, vous n'êtes ni un commercial, ni un produit à vendre.
  • Continuez à pratiquer ! Faites des tutos, faites des choses qui vous plaisent le temps de trouver le travail qui va bien.
  • Soyez présent sur les réseaux professionnels, notamment Linkedin. C'est aujourd'hui un incontournable et de vrais opportunités peuvent s'y présenter mais pour cela, il faut que vous soyez actif sur le réseau. Postez des commentaires, des articles, partagez des publications en relation avec votre domaine et vos centres d'intérêts pros etc. Existez autant sur internet que dans la vraie vie. Surtout, soyez cohérent entre les deux !

Devenir entrepreneur?

 

Le marché de l'emploi étant devenu un champ de bataille, l'autre solution envisageable, c'est de créer votre propre emploi. C'est une bonne idée, lorsque vous êtes fait pour cela et prêt à faire beaucoup de sacrifices pendant longtemps : pas de week-end, diminution drastique sur les sorties et les dépenses, chronophage à souhait, très instable et précaire au début. ça c'est pour la majorité, vous faites peut-être parti de ceux qui ont cette fibre ! Foncez alors !

Malheureusement, les créatifs ne sont pas connus pour leurs sens de la gestion accrue et leur stratégie marketing aggressive sur les marchés économiques. Steve Jobs était un grand génie du commerce, il peut remercier le designer Jonathan Ive d'avoir donner vie à ses concepts révolutionnaires. Etes-vous un Steve Jobs ou un Jonathan Ive ?

Tout le monde n'est pas fait pour être boucher-charcutier, employé de bureau, chauffeur de bus et ainsi entrepreneur. C'est un métier à part entière, et donc qui s'apprend. Pour créer une entreprise, il faut être former à le faire. C'est en suivant une formation que vous pourrez juger de l'ampleur de la tâche. Dans tous les cas, c'est une formation indispensable aujourd'hui, même si vous ne pensez pas créer une entreprise, vous connaîtrez les enjeux et surtout le fonctionnement d'une entreprise. C'est bon à savoir, surtout si vous êtes salarié.

L'entreprise, c'est la fausse bonne idée des jeunes diplômés qui ne trouvent pas de travail. En général, cela n'était pas dans le scénario de leur projet professionnel initial et c'est un choix par défaut, souvent casse-gueule. Si vous n'avez pas la révélation du chef d'entreprise, passez votre chemin et chercher plutôt à travailler dans votre secteur de prédilection ou à défaut dans son environnement.

Bonne chance !

 

Je pense qu'on a vu les grandes lignes même si il reste encore beaucoup de choses à dire sur ce sujet. Ne perdez pas vos objectifs de vue, persévérez et faites bien la part des choses entre vos compétences professionnelles et vos qualités personnelles. Un refus ne doit pas remettre en question qui vous êtes mais plutôt la façon dont vous vous êtes présenté. Travaillez votre présentation, votre tenue, votre élocution et votre discours face à un employeur, un professionnel, un client, un prescripteur. Ayez confiance en vous et respectez votre métier. Vous avez obtenu un diplôme qui certifie votre niveau d'étude et vos compétences dans un domaine, respectez cela tout d'abord en refusant toutes les propositions qui vous dévalorisent. Aucune concession à faire sur ce point. Travailler ne doit jamais être une torture malgré son étymologie, c'est encore plus valable pour les créatifs qui ont naturellement une plus grande empathie et une plus grande sensibilité à leur environnement.

Je vous souhaite le meilleur pour la suite, la réussite est au bout ! Bon courage !

Le Gang Des Antillais // Une perle rare du cinéma caribéen

Le Gang Des Antillais // Une perle rare du cinéma caribéen

Présent à l'avant-première du film de Jean-Claude Barny Le Gang Des Antillais, je tenais à partager mon ressenti du film.

lgda
Affiche du Film

SYNOPSIS

Dans les années 70, le BUMIDOM promettait de favoriser l’insertion en métropole des français des DOM-TOM. Jimmy Larivière, arrivé à Paris pour refaire sa vie, ne parvient pas à trouver sa place dans la société. Sa rencontre avec un groupe de trois jeunes antillais va l’entraîner dans une série de braquages retentissants.

 

UN COMBAT DE COQ

L'adaptation du livre autobiographique "Le Gang Des Antillais" de Loïc Léry par Jean-Claude Barny est une réussite tout simplement. Les six années de travail sur ce film à petit budget (2 millions d'euros et tourné en 1 mois) ont été nécessaires pour produire cette véritable pépite cinématographique.

Tournée principalement à Toulouse, Barny nous immerge sans difficulté dans le Paris des années 70 avec une qualité de détails, une précision des cadrages, une réflexion poussée sur l'éclairage et une richesse visuelle foissonnante qui font de chaque plan une composition graphique à part entière. Le film a du corps et surtout un discours sérieux autour d'une histoire authentique.
J'ai retrouvé à travers ce film le talent caribéen incisif qui habite chaque antillais en substance; celui qui nous manque tant en cette période de pénurie culturelle, un talent que Barny a su apprivoiser, rationnaliser dans un long métrage affirmé et assumé.
Le Gang Des Antillais est sans compromis, dans un métissage des genres entre polar et drame de société. C'est un film qui rend hommage à la culture caribéenne en toute modestie.

En profondeur, le Gang Des Antillais est d'abord une leçon d'histoire avant d'être une leçon de vie. Il aborde avec audace et maturité la période charnière du BUMIDOM, l'une des plaies béantes de l'histoire des départements d'Outre-Mer. A travers la vie du personnage principal, Jimmy, on retrouve tous les stigmates des traumatismes sociaux récurrents dans les sociétés modernes : acceptation de l'autre, être un étranger dans son pays, la rancoeur des communautés, l'arbitraire judiciaire et politique etc. Le film n'a jamais été autant d'actualité quand on pense aux migrations syriennes vers l'Occident.
La France de Barny, c'est la France du quotidien, celle pour laquelle on donnerait sa vie pour la défendre comme celle qui suscite la haine.

Plan marquant du film
Plan marquant du film

Effectivement le film a du corps, de par ces décors d'époque qui nous transportent vers l'ailleurs (Le spectateur devient un migrant) mais surtout un casting fin, d'une efficacité redoutable. Le moelleux de l'image est incontestable, chaque personnage est nécessaire pour que l'objectivité fonctionne. Entre le bien et le mal se situe la vie de chacun, seul face à ses choix. L'altruisme d'un patron de bistrot, l'amour d'une marraine, le cœur d'une femme, un enfant comme raison de vivre, voici les ingrédients d'un succès.
L'orchestration de Barny fait chanter la pellicule numérique : quelque chose se passe à l'écran; on est témoin de la violence sociale qui se révèle à nous comme un écorché vif de l'Histoire. L'Histoire avec un grand H connue pour sa démagogie et son amnésie se montre enfin sous son vrai visage, sans maquillage, brut de décoffrage. L'exploit accompli par Barny et son équipe est un pied de nez au politiquement correct.
Par ailleurs, le divertissement est bien présent sans pour autant tombé dans les dérives du gag. Cela fait quand même beaucoup de bien de voir un film "sérieux" caribéen, qui se prend au serieux, militant sans propagande et à portée universelle.

Habitation Clément // #expositions // Hervé Beuze | Henri Guédon

Habitation Clément // #expositions // Hervé Beuze | Henri Guédon

Hervé BEUZE - Armature
Hervé Beuze - Armature, Habitation Clément, Octobre 2016.

Au sein de l'Habitation Clément du groupe GBH, une inter-polarité artistique nous est proposée : Hervé Beuze & Henri Guédon.
L'exposition de Beuze intitulée Armature revient sur les fondamentaux artistiques et esthétiques qui interpellent la condition caribéenne.
L'exposition de Guédon sous le nom de Trace(s) quant à elle se révèle comme une rétrospective de l'artiste, une biographie artistique au cœur d'une synesthésie des sens et des émotions. Dans cet espace muséal, la déambulation s'opère d'abord dans l'errance puis dans le parcours.

Une esthétique caribéenne

L’inter-polarité artistique entre Beuze et Guédon se manifeste d'abord dans l'échange. Des affinités dans le discours, d'ailleurs récurrentes dans le travail des plasticiens caribéens, traduits cet engagement intime du retour à l'essentiel, de la sublimation de l'originel. Au premier regard, le travail sculptural présent dans l'oeuvre des deux artistes nous renvoie la sensation d'un métissage spontanée, d'une contraction du brut avec du sophistiqué contemporain. La poiétique se pose en terme de polarité artistique magnétique, en inversion cyclique. On passe de l'un à l'autre, de la partie au tout, du début à la fin, de la Genèse à l'Apocalypse, du geste à l'empreinte sans même s'en rendre compte. Le rythme effréné de la bataille architectural entre le plein et le vide domine le propos artistique. On a affaire à une forme noble de propagande plastique, tant moderne que vernaculaire, militante, modeste et courageuse dans l'approche.

Armature ou Art Mature

 

imag1049
Vue de la NEF

Hervé Beuze met les Arts Plastiques au pas et en marche. Le dispositif est progressif, pédagogique, il nous accompagne pas à pas, de proche en proche, au pied de ces monuments humanoïdes. Si la structure créée le volume, c'est bien le vide qui lui donne corps, comme l'esprit façonne la pensée. Les sculptures nous sont présentées par couples homme / femme, de nouveau au cœur d'une polarité mais surtout d'un équilibre. Les personnages géants sont en tension, près à poser le premier pas qui impulse la marche, la genèse du mouvement humain. "La marche c'est aussi la contestation" souligne Hervé Beuze. Cette marche est également une métaphore de l'évolution de la société caribéenne, poursuivit par son Histoire, sa trame coloniale et ses traces indélébiles.

imag1046

Hervé Beuze parle également de "digenèse", comme le concept de la diversité de nos origines. L'identité impersonnelle de ces géants caribéens, sans visage ni expression traduisent bien cette intention de nous ramener à l'essentiel, à la mémoire de la chair. Les stigmates de l'Histoire sont toujours là, transportés par l'héritage de cette corporalité reconstituée. Les couples se suivent dans la marche comme dans le processus créatif. Le couple géniteur qui a servit de moule a engendré les autres. Ce lien générateur, fort, consolide la scénographie de cette salle qui n'a jamais aussi bien porté son nom: la Nef. En effet, la Nef est un espace de célébration et de mythologies, où se matérialise la foi. Dans cet espace, l'artiste nous confie ainsi un travail optimiste, un pied de nez à l'austérité et à la raideur des pensées unilatérales. On ressent son intime conviction de ce mouvement vers le meilleur de la société caribéenne.
Armature, c'est aussi une passerelle de bâtisseur, qui relie le brut à l'actualité contemporaine. Ainsi, Hervé Beuze interroge les rapports humains à travers le numérique et la technologie dans son oeuvre intitulé "Connected". Le numérique se dévoile dans cette oeuvre comme un monde parallèle qui nous habite, participant à nos connections neuronales, s'imposant progressivement comme une continuité du vivant.

Trace(s), mythologie, écritures

 

imag1050

Henri Guédon s'impose comme un maître de l'empreinte. Chacune de ses œuvres est une relique latente de son processus créatif. On ne peut pas passer à côté de cette obsession du rythme : la synesthésie est belle et bien incontestable, entre une plasticité de la musique et une musicalité de la plastique. Guédon semble conjurer l'appel du contemporain, à la recherche de l'incisif, de la note juste à travers le bon geste. Son oeuvre prolifique témoigne de cette recherche prospective infinie, sans véritable quête ni d'idéal qui tend plutôt vers une sublimation de l'instant, un art de la capture.

imag1054

La vie est un prétexte de création artistique chez l'artiste. La variété des supports, des matières, des esthétiques, des couleurs, des thèmes et des discours s'associe de façon surprenante. Henri Guédon est également le spécialiste de l'escapade. Il n'est pas lié à un matériau ni à un procédé. En découvrant l'exposition pas à pas, on retrace un tempérament, une expression marquée et une personnalité artistique marronne. Son oeuvre nous apparaît testamentaire, confessionnel au cœur d'un foisonnement intense et infatigable. La frénésie des gestes laisse des traces en volume, avec l'intention formelle d'écorcher vif le vide dans sa substance.

imag1052

Si l'oeuvre de l'artiste semble opérer par la sculpture et l'assemblage, la notion d'empreinte lapidaire, de gravure du langage plastique est aussi flagrante. Dans cette épopée artistique que nous propose l'Habitation Clément, Henri Guédon est le conteur de sa vie.

------------------------
HENRI GUÉDON - TRACE(S), MYTHOLOGIE, ÉCRITURES // 14 AOÛT - 6 OCTOBRE 2016
HERVÉ BEUZE - ARMATURE // 14 septembre - 1 novembre 2016
http://www.fondation-clement.org/

Académie de la Couleur : Brun de Rose

Académie de la Couleur : Brun de Rose

Vue depuis la Tour Pey-Berland

Le 18 Mars 2016, j'ai pu découvrir l'Académie de la Couleur et le travail de l'équipe bordelaise autour de la Couleur. Une programme plein de promesse qui m'a plus que ravis. J'ai profité pour visiter la ville de Bordeaux, véritable bijou architectural du XIXème, une des anciennes métropoles du commerce colonial classée au patrimoine mondial de l'Unesco. L'homme du Sud-Ouest que je suis depuis plus d'une douzaine d'années a généralement trouvé le Sud-Ouest plus attrayant, coloré et vivant. C'est surtout l'esprit du Sud authentique, qui jaillit sur le paysage et que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, ce qui me convient bien. Avec étonnement, j'ai trouvé Bordeaux extraordinaire, tant dans son histoire quand dans son tissu urbain. Je ne pensais pas être à ce point séduit par une grande ville de Provence française. Cela ne m'était pas arrivé depuis ma visite de Toulouse en 2003.

Plusieurs facteurs jouent en faveur de cette superbe ville :

L'anachronisme architectural

Un véritable voyage dans le temps et à la fois une expérience anachronique qui surprend. On se retrouve à déambuler dans une ville presque intacte, où des trésors encore flamboyants d'une époque révolue sont encore à porter de regard, entre les nombreux restaurants et les longues allées de magasins qui frétillent à la vitesse de la vie moderne. L’errance est donc de mise dans une ville comme Bordeaux. Pour apprécier vraiment le décor, il faut l'explorer absolument à pied. La vieille ville est dominée par les clochers des églises, il n'y a pas de buildings qui parasitent la vision. Si on joue le jeu de l'architecture, on peut complètement se projeter dans son histoire et vivre l'espace dans lequel on évolue.

J'ai eu un vrai coup de cœur pour le musée des Arts décoratifs et du Design installé dans l'Hôtel Lalande, un espace où l'imaginaire gambade. On peut approcher les meubles et les céramiques au centimètre, cette proximité avec objets exposées nous fait vivre une expérience unique. On se déplace de pièce en pièce comme un client de l'Hôtel et on finit par faire partie du décor. Si vous devez visiter un musée à Bordeaux, choisissez celui-ci.

D'une côté la vieille ville entretenue et maintenue dans son âge d'or, et de l'autre côté un Bordeaux tourné vers l'avenir avec des constructions modernes et une stratégie du développement industriel de l'innovation. Bordeaux est une ville d'ambition, pour les ambitieux.

imag0600

Les dispositifs touristiques

Les touristes à Bordeaux en ont pour leur argent. On ressent clairement une volonté politique de valorisation du patrimoine, de développement des structures touristiques et culturelles. Traduction en dix langues des circuits touristiques, différents forfaits de visite, excursions dans les domaines viticoles,  découverte de la gastronomie bordelaise... J'ai passé trois jours à Bordeaux qui ont ressemblé à cinq jours. On se déplace facilement grâce au Tramway, il y a une vraie accessibilité des lieux. Les rives de la Garonne sont aménagées, c'est un plaisir. Pour les visiteurs et les gens de passage, tout est fait pour que vous n'oubliez pas Bordeaux quand vous partirez.

Vue depuis le VISIOTOUR

 

Une ville à l'écoute des actions locales

Il se peut que ça soit une impression personnelle mais dans la vie bordelaise, j'ai eu la sensation que la ville était à l'écoute des entrepreneurs et les initiateurs d'actions sociales, culturelles, industrielles ou artistiques. Je suis rarement emballé par les dialogues politiques qui sont rarement des échanges fertiles mais davantage des combats pour faire vivre la ville à l'échelle des hommes et pas seulement des populations ou des communautés. A Bordeaux, tout n'est pas rose, loin de là!  mais ne serait-ce que de savoir qu'on existe dans la ville, même symboliquement, pour son initiative et qu'on est reconnu comme un acteur de sa ville, c'est déjà beaucoup. Si je dois faire la comparaison avec Toulouse, la politique du tourisme est plutôt démagogique, ou l'on fait pour montrer qu'on fait, sans vraiment avoir une vision citoyenne du développement et de l'innovation culturelle. D'ailleurs, il y a un fossé entre la culture vivante de Toulouse d'une richesse authentique et la culture sponsorisée, politiquement correcte et sans véritable valorisation du local. On soutient souvent les grands et on oublie trop souvent les petits acteurs.

Cette petite introduction nous amène à la conférence Brun de Rose de la terre aux territoires.

Brun de Rose, de la terre aux territoires

Je trouve ce titre profondément approprié, ne serait-ce que pour le lien avec la ville de Bordeaux. "Brun de rose", "terre", comment ne pas penser au vin de Bordeaux? "Territoires", quand le passé et le présent sont les écrans d'une ville en devenir. La couleur a une place légitime dans cette ville surprenante.

L'Académie de la Couleur, dont Marie-Pierre Servantie est la présidente favorise une approche interdisciplinaire de la couleur et un dynamisme des échanges des savoirs et des savoirs-faire dans le domaine. L'Académie de la Couleur est aujourd'hui un des pôles de la couleur en France.

Il faut une vision globale qui mêle les méthodes d'analyses de divers sections de sciences et des arts. "Wilfried KRUG"

Brun de rose, couleur des sédiments, de la terre "Amélie VIALET"

Témoignages des objets préhistoriques qui nous rélèvent les comportements des hommes préhistoriques (paléolithique supérieur)
La couleur de la terre - De la terre au territoire - Sous la terre
Consultation de cartes répertoriant différents sédiments codifiées par des couleurs. Période quaternaire.
La couleur est porteuse d'informations historiques.
Avec toutes ces analyses, nous pouvons reconstituer le paléopaysage.
Site de Nice Terra Amatra : premières traces de feu en France.
Stratigraphie avec les différentes couches de sédiments (couleurs, granulométrie, analyses microspcopiques)
La révolution de la pierre taillée (L'innovation à l'origine de ce que nous sommes devenus)
Murs de nodules de silex.
Cornéenne à Totavenne.
Sépulture (remise à la terre, retour à la terre). Elles sont recouverts d'ocre 140 000 ans avant notre ère. Il est probable que l'ocre vienne de l'île d'Elbe.
Sous terre, grotte Chauvet.

Les artistes indépendants "cézannistes" dans l'ex RDA, Marie-Lys SINGARAVELOU.

Hans Grundig, Opfer des faschismus, 1946. Tons de terre.
Faire le deuil des périodes de mort. Retour à la terre rédompteur. La terre comme chair originelle, maternelle, "terre mère".
Des lueurs d'ocres qui jaillissent des rouges terreux.
Sabine Peukert, Gemüse, entre le cézannisme et le expressionnisme, un art métisse qui tend vers un équilibre plastique en phase avec son époque.
Lothar Böhme, Kopf, 2001 . La permanence de l'homme, ce qui nous constitue en substance.

Couleur et visagisme : Corinne BONNET

Fondatrice de la Trends Academy. Salon Yann Marincamp.
Vous avez dit chatain? Chromatologie : symbolique des couleurs, signes formes et couleurs.
Tout commence par une consultation client. On travaille dans un dialogue avec le client.
Penser la coloration du cheveu en prenant compte de la carnation de la peau.
Coloration comme décoration du cheveu.
Du moyen-âge à la renaissance, le Blond vénitien était adulé.
La coloration est devenue indispensable, elle fait partie de nos modes et de nos envies. La couleur est vibratoire et émotionnelle.
Elle est liée aux quatre saisons, la peau bouge tout au long de l'année, la couleur de la peau évolue, la couleur des cheveux également.
La couleur a une connotation sociologique. La manière dont on s'habille traduit l'état d'esprit dans lequel nous sommes. Les textures que l'on porte, les formes et les bijoux représente des traits subliminaux qui dévoilent notre personnalité. Ce ne sont pas des éléments figés, ils sont révélateurs d'un état d'esprit du moment.
La coloration des cheveux a une action direct sur la peau qui elle a une action sur les yeux.
La hauteur de tonalité de peau est la fondamentale pour la mise en valeur du visage. Le phénomène de contraste joue sur notre perception des tonalités. Des cheveux plus foncé que la peau vont l'éclaircir et inversement.
Les reflets (cendré, irisé, doré etc.) vont être définis en fonction des tons du visages et des yeux.
L'omniprésence du contretype.

Dominique CUVILIER : Bon teint et bon ton, tendances à fleur de peau.

Captologue. Comité français de la couleur.
Tensions d'humanité, nous sommes dans des recherches d'authenticités mais nous avons toujours la nécessité de donner du sens par la rencontre physique.
Nous sommes dans un contrôle de systèmes qui finissent par nous contrôler.
Nous dans un métissage technologique et humain.
Musée Quai Branly, exposition Persona
Le brun de rose nous ramène aux rapports entre la chair et la technologie. Le brun de rose est aussi la rencontre entre le monde de la robotique technologique et l'homme de chair.
Plus la technologie se développe, plus on va chercher à retrouver une dimension humaine.
La bio impression tend à se développer. La seconde peau.
Prospective. Jeunisme et Agisme, qui marie le brun et le rose. Une articulation qui mène sur le débat de l'immortalité.
Barbie : les nouvelles babies, rupture des archétypes.

Larissa NOURY : Polychromie urbaine

De l'architecture égyptienne, des contructions gréco-romaines, des fantaisies du 19ième, de l'Art Nouveau, des Arts Déco en passant par le Corbusier ou encore hundertwasser jusqu'à l'architecture modernes puis contemporaines, la couleur traduit des discours, des personnalités, des époques.
Le design environnement : la beauté doit être fonctionnnelle.
Arquitectonica, groupe d'architecture. Groupe Jean nouvel.
Quatre groupes : architecture de "valeur" (clair foncé), "couleur" (tonalité, polychromie), "nuance" (camaïeux), "mixte" (mélange couleur et nuance ou valeur).
L'intelligence de l'harmonie des couleurs est une source de la revitalisation urbaine.

Marie-Pierre SERVANTIE : Polychromie rurale

3 repérages: Repérage de loin, vision rapprochée, repérage de près. base sur le nuancier NCS.
Reproduction des teintes. Contretypes d'échantillon.
Induits tyroliens = enduits mélangés aux pigments.

Table Ronde

Sylvain SCHOONBAERT, Yves RAIBAUD, Anaïs DUPUY-MOREAU, Michel PETUAUD-LETANG, Jean-Paul SIMON, Marie BERLAND,
Croisés et menuiseries en petit gris (blanc grisée)
Portes de la place de la Bourse peintes en blanc brillant.
Auteur de Histoire de portes de Bordeaux.
Les portes sont en bois jusqu'à l'Art Nouveau. La peinture était une façon facile d'harmoniser les portes qui étaient constituées d'essences de bois différentes.
La couleur d'une ville, c'est la couleur des matériaux locaux utilisés dans l'architecture vernaculaire.
Requalification des façades. Pignons avec illustration.
Le matériau Danpalon, translucide polycabonate (propriété de difraction) Société Everlite. Isolation extérieure : double peau, espacement de quelques centimètres avec des systèmes de ventilations. Cette seconde peau à un indice thermique. Elle absorbe le choc thermique.
Yves RAIBAUD: PFH: Putain de Facteur Humain.
Les nouvelles architectures improbables en banlieue sont-elles véritablement créatives ou toujours stigmatisantes?

--------------------

Trophée "Oeilleton" 2015, Michel Albert-Vanel. Spiritualité de la couleur.
Colorisation de photo ancienne : Alain d'AMATO pour son livre 1914-1918. Prix spéciale du Jury 2016.
Trophée Oeilleton 2016 à Hervé BERNARD, Regard sur l'Image. Iconoolisme, overdose d'image.

--------------------

Aux côtés de Jacqueline Carron

A la suite de cette conférence, nous avons pu admirer une exposition à la galerie MLS, 123 quai des Chartrons intitulé "M² DE COULEURS". J'ai notamment eu l'honneur d'échanger avec Jacqueline CARRON, monument de la couleur où elle exposait ses "jeux de couleurs".

Oeuvres de Jacqueline Carron

Workshop Ikea

Workshop Ikea

Dans le cadre d'un projet pédagogique de fin d'année pour la validation du BTS DCEV des étudiants du lycée Rive Gauche à Toulouse, j'ai été ravis d'intervenir en tant que professionnel auprès des élèves afin de leur communiquer mon analyse global sur les espaces d'IKEA.
Le projet des élèves : réaliser un packaging pour le luminaire IKEA KRUSNING. Si vous ne connaissez pas ce produit, je vous invite à le découvrir, il est plutôt surprenant! tant dans le design que dans le prix. Un luminaire en papier ! Ou plutôt Tyvek apparemment. J'ai donc enchaîné ma présentation d'IKEA avec des références de designers et d'artistes qui manipule audacieusement le matériau Papier !

Je partage avec vous mon travail sur IKEA dont voici le sommaire :

IKEA: un design démocratique dans des espaces mercatiques
Lumières / Couleurs /Espaces
REFERENCES
Lightscape
Ruth Gurvich
Littlefly
Jeremy May
Tools of Study
Li Hongbo
Living Paper
Atsuki Miyamoto
Tiny miracles
Pepe Keykoop
Lumio
Max Gunawan
4D typography
Lo Siento
Tissue Animals
Yuki Ariga

Multimédia

Multimédia

Conception 3D sur Catia v5, web design (CSS, HTML, CMS WordPress, Blogger) montage vidéo Adobe Première / After Effets, Mastering audio, voix-off, jingle audio, jingle vidéo.
Communication visuelle et graphisme (flyers, plaquette, dépliants, logos, pochette d’album, mise en page, médias imprimés, livres).